Accueil | Plan | English | Recherche : 

Qui sommes-nous?Nos servicesQu’est-ce que le trouble du spectre de l'autisme?Le trouble du spectre de l'autisme (TSA)Le syndrome d'AspergerLes causesLes traitementsLes méthodes d’interventionHistorique du TSA au QuébecSituation de l’autisme au QuébecAide aux parentsVolet revendication/défense droits collectifsActivités à venirMois de l'autisme (avril)Centre de documentationMatériathèqueComment devenir membre?Faire un don LiensNous contacterAnnonces externes
Le syndrome d’Asperger

 

Qu’est-ce que le syndrome d’Asperger

 

Le syndrome d’Asperger est un trouble envahissant du développement à l’extrême du continuum autistique.


C'est un psychiatre autrichien, le Dr Hans Asperger, qui décrivit en 1944 des troubles du comportement chez plusieurs enfants qui avaient un développement normal de leur intelligence et du langage, mais qui présentaient une déficience marquée dans les interactions sociales et la communication. Il appela ce trouble " psychopathie autistique ". Malheureusement, comme l’Autriche faisait partie à ce moment de l’Allemagne nazie en guerre, ses travaux restèrent lettre morte.

 

Bien des années après, en 1981, une pédopsychiatre anglaise, Lorna Wing, a ressorti les travaux des années 40 en proposant une définition du syndrome d’Asperger, avec cas à l’appui.  Elle gagna progressivement l’assentiment de ses collègues internationaux, jusqu’à la l’apparition officielle en 1994 du syndrome d’Asperger dans le DSM IV.

 

Les principaux domaines touchés par le syndrome d’Asperger sont l’interaction sociale, la communication et la perception cognitive. 

 

Le syndrome d'Asperger est un désordre du développement d'origine neurologique. Il atteint beaucoup plus fréquemment les garçons que les filles (1 fille pour 4 à 8 garçons selon les spécialistes), et serait au moins en partie héréditaire. Il ne peut être guéri, mais des stratégies éducatives et comportementales peuvent être apprises.

 

Les principaux domaines touchés par le syndrome d’Asperger sont l’interaction sociale, la communication et la perception cognitive.  Les déficits sont souvent le résultat de problèmes de décodage des stimuli sensoriels et de l’information, ce qui empêche l’individu de répondre de façon appropriée. Le sujet ne parvient pas à décoder les messages qui lui arrivent, ni à adresser en clair ses propres messages à ceux qui l'entourent. L’inhabilité de voir les situations dans leur ensemble le pousse à se concentrer sur les détails, établir une routine qui peut devenir très rigide pour contrer le fait qu’il ne peut voir les événements arriver et craint constamment l’inconnu et les surprises.

 

Le syndrome d'Asperger peut parfois être associé à d'autres troubles, comme le déficit d’attention, l’obsession-compulsion et le trouble anxieux.

 

Les atteintes peuvent être plus ou moins sévères selon les personnes, et les principaux signes que l'on peut retrouver à divers degrés sont :

  • L'apparition des troubles le plus souvent vers l'âge de 3 ans.
  • Une intelligence normale à supérieure.
  • Difficultés dans l’interaction sociale et la communication avec les autres, à cause des problèmes de décodage du langage non verbal (langage corporel, expression du visage, inflexion de la voix).
  • Un langage en apparence riche, au vocabulaire étendu, mais sans véritable communication, écholalie (répéter le même mot ou la même phrase).
  • Un langage et une compréhension au sens littéral des expressions, (incompréhension des jeux de mots ou de l’ironie).
  • Une façon de parler manquant de naturel, précieuse, guindée (parfois avec un accent français pour les québécois), avec une voix souvent  monocorde ou avec des inflexions inattendues.
  • Un langage corporel et des expressions du visage absentes, inappropriées ou disproportionnées (surtout avec des émotions fortes comme la peur ou la colère).
  • Un attachement excessif à certains objets, une fixation sur un sujet( intérêt particulier comme les dinosaures, les cartes routières, les trains, la météo, l’informatique), des obsessions et des répétitions, la réalisation de rituels.
  • Des sens hypersensibles (sons trop forts, lumières trop vives, texture et goût des aliments, toucher désagréable, tissus encombrants ou douloureux)), hypo sensibles (impassibilité face à la douleur, au froid ou au chaud extrême) ou altérés (distorsion du champs visuel).
  • Une naïveté sociale qui en fait les victime parfaites, puisque toujours honnêtes et incapables de saisir l’intention des congénères.
  • Un manque de coordination, avec parfois une démarche particulière ou une mauvaise coordination yeux-mains.
  • Une mémoire exceptionnelle et encyclopédique, surtout pour les faits et les détails.
  • Un penchant pour l’isolement et les activités solitaires (souvent lorsque la quantité de stimuli devient trop grande pour pouvoir être gérée).
    Des comportements d’auto-stimulation (balancement, «flapping», sons particuliers avec la bouche), souvent en période de stress.

Le Diagnostic

 

Au Canada, le diagnostic officiel doit obligatoirement se faire par un psychiatre pour être reconnu par les instances gouvernementales qui dispensent des services.  Cependant, comme les listes d’attente tendent à être plutôt longues (de plusieurs mois à quelques années), certains parents ou adultes en recherche de diagnostic peuvent consulter des psychologues au privé qui feront une évaluation complète et formulerons par la suite des recommandations, ce qui permettra de commencer les interventions le plus tôt possible.

 

Et ensuite?

 

Les parents ont droit à de l’aide financière du gouvernement provincial (Régie des rentes) ainsi que du gouvernement fédéral (allocation pour enfant handicapé ou crédit d’impôt).  Il est aussi important de faire ouvrir un dossier au CLSC de votre territoire afin de recevoir la subvention «Soutien à la famille» si vous en avez besoin ainsi que pour faire une demande officielle de service au CRDI (Centre de réadaptation en déficience intellectuelle), qui a depuis avril 2003 le mandat officiel d’offrir les services de réadaptation à la clientèle autiste et TED, avec ou sans déficience intellectuelle, de tous les groupes d’âge.

 

Il est aussi important d’informer l’école, puisque le diagnostic de syndrome d’Asperger, de TED ou d’autisme donne droit à l’élève d’obtenir de l’aide dans le système scolaire.  Il recevra alors une «cote» (la cote TED est 50)  qui lui permettra d’avoir un accompagnateur, une classe de plus petite taille, des consultations avec des professionnels ou toute autre aide qui pourra être pertinente.

 

Certains élèves atteints du syndrome d’Asperger arrivent à bien performer dans une classe régulière, mais certains autres ont besoin d’un accompagnateur à temps plein ou partiel ou même d’une classe spéciale adaptée à ses besoins (classe TEACCH).  L’important ici est de comprendre qu’aucun de ces enfants n’a les mêmes besoins et que l’approche devra avant tout être individualisée.

 

Voici des liens Internet pour obtenir plus d’information sur le syndrome d’Asperger.

 


 

Liens francophones :

 

http://www.aspergeraide.com/

 

Liens anglophones :


http://www.tonyattwood.com.au
http://www.aspergersyndrome.org
http://www.aspergertips.com
http://www.donnawilliams.net


Imprimer cette page - Faites connaître ce site
Copyright © 2014 Autisme Montréal - Tous droits réservés.
Site généré par la technologie Gi²