Mot de la présidente de l’Image de l’automne 2005

Mot de la présidente, bulletin « l’Image », édition de l’automne 2005 

Monsieur Robert Rabinovitch
Président-directeur général
Société Radio-Canada
C.P. 6000
Montréal (Québec)
H3C 3A8

Objet : Reportage « Autisme : les nouvelles pistes » de l’émission Découverte du 2 octobre 2005


Monsieur,

À quoi s’attend-on quand on écoute une émission de vulgarisation scientifique qui s’appelle Découverte?  On suppose que les informations qui y sont véhiculées sont les plus récentes et d’actualité. On s’imagine que les journalistes qui couvrent les sujets le font avec « le feu sacré » désireux de tout savoir pour mieux comprendre et maîtriser la matière qu’ils devront vulgariser à la population québécoise.  On pense qu’ils travaillent avec objectivité et honnêteté et qu’ils font toutes les recherches qui s’imposent pour être à la fine pointe.  Ne voit-on pas souvent les équipes de Découverte partir en expédition pour « découvrir » avec nous?

Je peux vous certifier qu’ils n’ont pas fait beaucoup d’efforts pour le dossier « autisme : de nouvelles pistes ».  Ils ont présenté des vieilles pistes.  On parle d’atteintes neurologiques et de génétique depuis le début des années 80.  Déjà en 1985, Margaret Bauman, neurologue (B.ton) présentait ici-même à Montréal les résultats de son étude sur des cerveaux d’autistes décédés par accident.  Elle confirmait plusieurs atteintes au cerveau et au cervelet en concordance avec les recherches du Dr. Eric Courchesne (Californie). Depuis plus de 20 ans des centaines de millions $ ont été dépensés pour les recherches en génétique sans grand succès…

De plus, ces deux thèmes ont été couverts à maintes reprises par tous les médias parce que ce sont les seules causes prônées par la psychiatrie.

Ce qui est le plus choquant c’est que M. Tisseyre et son équipe sont au courant des autres recherches et études cliniques qui sont réellement de nouvelles pistes.  L’équipe de Découverte a été invitée en 2000 au premier congrès médical en autisme à Montréal où plusieurs médecins et chercheurs présentaient les résultats de leurs études sur les causes médicales de l’autisme ainsi que les différents traitements qu’ils expérimentaient.  Ils ont rencontré ces médecins et discuté avec eux.  M. Tisseyre s’est montré ouvert d’esprit et très intéressé, mais tous les autres membres de l’équipe Découverte sont partis en balayant de la main ces nouvelles recherches et la vision médicale de l’autisme.  M. Tisseyre est revenu au 3e congrès médical et paraissait impressionné par la qualité des chercheurs.

Comment interpréter l’émission du 2 octobre? Que les enfants autistes ne valent pas la peine qu’on comprenne mieux ce qui leur arrive? Cette émission était méprisante et manquait de respect.  De plus il n’y avait rien de scientifique, que des hypothèses…

En 2005, si vous tapez le mot « autisme » dans un engin de recherche sur Internet, vous allez être inondé d’informations de toutes sortes, mais vous allez trouver facilement une section portant sur les recherches et études cliniques du DAN! (Defeat Autism Now!) et de CURE autism.  Les premiers protocoles de recherches  médicales datent de 1994-5 et tous les médecins et chercheurs du DAN! sont en lien avec des universités.

Il aurait été plus intéressant de parler de l’étude publiée par la Dr. Jill James (Université d’Arkansas) qui a découvert que dans l’organisation biochimique du corps des enfants autistes, il y manque quatre éléments essentiels à la désintoxication du corps? Dr James expérimente aussi de nouveaux traitements avec des résultats impressionnants.  Et que dire de l’étude clinique du Dr Arthur Krigsman, gastro-entérologue de New York qui fait la preuve qu’un très haut pourcentage des enfants qu’il a examinés ont une nouvelle forme d’inflammation intestinale.  Il y a les études sur les métaux lourds et la chélation des Dr. Haley et Adams, celle du Dr Rousseau (Angleterre) sur le déséquilibre de la flore intestinale en lien avec les comportements; bref, plusieurs sujets auraient pu être touchés :

  • La diète sans gluten et sans caséine appliquée par des centaines de familles au Québec et qui amène des résultats étonnants chez plusieurs enfants
  • La thérapie hyperbare est aussi expérimentée par plusieurs parents au Québec

Et il aurait été essentiel de parler de l’augmentation des cas d’autisme. Si vraiment c’était dû à l’élargissement des critères diagnostiques, on finirait par plafonner, arriver à une vitesse de croisière… Mais ce n’est pas le cas.  En 1995, l’autisme était peu connu, en 2005, tout le monde connaît quelqu’un qui a un enfant autiste, un voisin, un ami, un parent.  De plus à Montréal, il y a plusieurs familles de 3 ou 4 enfants autistes, parallèlement à d’autres qui ont 5 enfants et un seul est autiste.  Il faut réfléchir à tout ça et prendre nos responsabilités en tant que société.  Voici les chiffres du MEQ qui sont les seuls disponibles à cause du système de cotation.  Ils parlent d’eux-mêmes et ça ne comprend pas les 5 ans et moins ainsi que les 21 ans et plus (annexe).

Ministère de l’Éducation du Québec :

  • De 1990 à 2000 : de 410 élèves à 1025, augmentation de 150%;
  • De 2000 à 2004-2005 : de 1388 élève à 3354, augmentation de 142%

Commission scolaire de Montréal :

  • 1989 – 1 classe, 2003 – 42 classes, 2004 – 50 classes
  • 1998 – 91 élèves, 2003 – 310 élèves, Augmentation totale de 241% en 5 ans, augmentation moyenne de 48% par année.

Les enfants autistes font partie d’une catégorie d’enfants « mis de côté », ignorés depuis belle lurette.  Même si en 2003 les premiers millions ont été accordés au Québec, le manque d’expertise associé à l’augmentation importante provoque une désorganisation éprouvante sur le terrain.  Quant au volet médical, même après toutes ces études, il ne se passe rien au Québec, RIEN.  On n’écoute pas les parents, on ne les croit pas et pire on leur refuse les examens médicaux qu’ils demandent pour leur enfant.  J’ai souvent dit que c’était de la négligence criminelle.  Nos enfants ont besoin d’aide mais on reste braqué sur des hypothèses et de vieilles pistes.

Des milliers d’enfants autistes sont en train de perdre leur vie à attendre… C’est une autre forme de « vol d’enfants ».  Je pense que les médias ont un rôle à jouer aussi, en ayant le courage de donner la bonne information et non celle que les subventionneurs désirent. 

Carmen Lahaie
Mère de Jérémie, autiste de 26 ans
Infirmière, spécialisation pédo-psychiatrie
Présidente d’ATEDM

Cc Monsieur Guy Fournier, Président du conseil d’administration de CBC / Radio-Canada
cc Monsieur Daniel Gourd, Vice-président principal, Télévision de Radio-Canada
cc Monsieur Charles Tisseyre, Animateur, Découverte
cc La Presse, le courrier des lecteurs
cc Le Journal de Montréal, le courrier des lecteurs
cc Le Devoir, le courrier des lecteurs

Nos commanditaires