Mot de la présidente de l’Image du printemps 2008

Mot de la présidente du bulletin « L’Image », printemps 2008

Compréhension médicale de  l’autisme et des TED en 2008

Pour mieux comprendre où nous en sommes rendus, il faut faire un retour en arrière et regarder d’où nous sommes partis. Vous verrez ci-après que l’autisme a été dirigé sur une mauvaise voie et qu’il est bien difficile de faire marche arrière.

Autisme/TED : un symptôme et non un diagnostic

Vers 1949, le mot «autisme» apparaît. On désigne par ce mot les comportements bizarres et inexpliqués de certains enfants. Dans les dictionnaires, le terme «autisme» a la signification suivante : «repli pathologique sur un monde intérieur, perte de contact avec la réalité». C’est très vague et cela fait référence à l’observation subjective d’un comportement auquel on donne une interprétation. Ce comportement qualifié de «repli» est un symptôme et non une maladie, et un symptôme est un signe, un indice, une manifestation que quelque chose ne va pas.

Le même symptôme peut être un indice de plusieurs pathologies. L’important est de trouver à quelle maladie il est relié pour préciser le diagnostic et établir un plan de traitement adéquat.

Par exemple, que fait un médecin qui reçoit une personne avec une perte de conscience? S’arrête-t-il au constat de la perte de conscience en faisant le diagnostic de «coma»? Évidemment, non.  Il s’active plutôt à trouver les causes de ce coma en demandant plusieurs examens afin d’arriver à un diagnostic précis. Il prend note aussi d’autres symptômes. Cette perte de conscience pourrait être en lien avec le diabète, une fracture du crâne, un malaise cardiaque, un état d’intoxication, une crise d’épilepsie, etc. La perte de conscience est donc le symptôme et non la «maladie».

Cette démarche devrait également prévaloir pour nos enfants : chercher les causes, comprendre et traiter. La médecine traditionnelle a toujours éprouvé un grand malaise face aux «troubles du comportement» difficilement explicables par une prise de sang ou une radiographie. On a vite établi des protocoles de transfert vers la psychiatrie pour toute personne présentant des comportements non conformes, sans chercher à en comprendre l’origine.

La psychiatrie n’était pas plus à l’aise face à ces clientèles. En accord avec les gouvernements, on a construit de gros hôpitaux psychiatriques. L’internement est devenu la réponse à ces problèmes. Il n’y a pas si longtemps, on internait les personnes épileptiques et celles qui souffraient d’ulcères d’estomac parce qu’on les jugeait responsables de leur état. De plus, les décideurs ont vite abandonné la psychiatrie avec ses patients bizarres. On connaît les histoires d’abus et les souffrances vécues à l’intérieur des murs de ces établissements.   Cela fait partie de l’histoire de l’autisme.

La publication du DSM-IV, manuel de classification diagnostique pour les maladies mentales, marque une étape dans notre histoire. À l’origine, ce manuel se voulait un outil pour aider à préciser les diagnostics et il est devenu le manuel de référence en maladies mentales. Dans le DSM-IV, on classe les comportements sous différentes rubriques et les rubriques sont vite devenues les diagnostics. Aucune mention de causes possibles, ni de suggestions d’examens physiques. Le manuel met principalement l’accent sur l’observation de comportements.  Cependant, la réalité nous démontre bien que l’observation est une action subjective. Plusieurs facteurs peuvent influencer les observations : la profession, la philosophie de l’université d’enseignement, le lieu où l’on se trouve, l’heure de la journée, la santé de l’enfant, etc. C’est à cause de ce manuel que les diagnostics d’autisme se sont transformés en TED, la grande rubrique du DSM-IV.

Tout le processus de diagnostic pour les enfants présentant des problèmes de développement est discriminatoire et injuste. On perpétue une aura de mystère autour de ces problèmes.  Nos enfants sont envoyés sur de mauvaises voies de service et ces voies sont étroites et tortueuses, sans grande possibilité de retour en arrière. Il n’y a rien de bien scientifique dans ce que je viens de décrire.

De leur côté, les parents notaient plusieurs symptômes physiques qu’ils soupçonnaient d’avoir un lien avec l’autisme de leur enfant. On parle de symptômes gastro-intestinaux : reflux, constipation, diarrhée, alimentation sélective. D’autres parents vous parleront d’infections virales, d’otites chroniques, de réactions aux antibiotiques. Pour une grande majorité de parents, les problèmes ont commencé avec les vaccins. Cependant, toutes ces observations et ces symptômes sont balayés de la main par le milieu médical. L’attention demeure fixée sur les classements de comportements et dès que l’étiquette d’autisme est posée, on a l’impression que nos enfants appartiennent à une catégorie à part et qu’ils n’ont pas droit aux mêmes traitements que les autres!

Si l’on s’intéresse comme parents aux causes possibles de l’autisme, les réponses sont assez vagues et stéréotypées :

  • de 1949 jusqu’aux années 1980 : les mères frigides ou le manque d’oxygène à la naissance
  • de 1980 jusqu’à ce jour : hypothèse mettant en cause les atteintes neurologiques
  • de 1990 jusqu’à ce jour : s’ajoute la génétique.

L’Autism Research Institute et le DAN ! (Defeat Autism Now!)

En 1994, l’Autism Research Institute (ARI), fondé par le Dr Bernard Rimland, convoque en assemblée extraordinaire médecins, chercheurs, professionnels et parents désireux de travailler à l’élaboration d’un protocole d’évaluation médicale pour les enfants autistes. Pour contrer toutes les théories et hypothèses sans fondement, le Dr Rimland et l’ARI s’étaient donné comme mission première la promotion des recherches scientifiques. Depuis sa fondation, l’ARI s’intéresse à tout ce qui peut améliorer l’état des personnes autistes et ce, au niveau de l’éducation, des approches neurosensorielles, de la vitaminothérapie, etc. L’ARI a créé des liens avec des universités et s’est positionné afin que les recherches cliniques soient plus près des réalités des personnes. Jusqu’en 1994, l’ARI favorisait aussi les recherches génétiques.

Cependant, l’augmentation fulgurante du nombre de cas d’autisme dans les années 1990 a provoqué de nouveaux questionnements. L’autisme et les TED prenaient une allure d’épidémie et il fallait agir pour comprendre ce qui arrivait à nos enfants.

Pour faire suite à la rencontre de réflexion en 1994 et à l’élaboration du premier protocole d’évaluation médicale, le DAN! (Defeat Autism Now!) s’est mis en marche.

Le DAN! est un regroupement de médecins et de chercheurs qui ont décidé de traiter l’autisme comme une problématique médicale, d’en chercher les causes, et d’expérimenter des traitements dans le but ultime de guérir les enfants.

Vous vous doutez bien des réactions qui ont suivi. Traités de charlatans, accusés d’être des profiteurs, surveillés comme des contrevenants par les corporations médicales en risquant toujours de perdre leur droit de pratique, ces médecins ont courageusement relevé le défi et avancent vers la compréhension de cette maladie.

ATEDM participe aux congrès du DAN! depuis ses tous débuts. Comme nous avions nous aussi au Québec une hausse importante du nombre de cas d’autisme, nous avons commencé une campagne de sensibilisation sur la vision médicale de l’autisme, la recherche des causes et des traitements. Cette sensibilisation se faisait auprès des parents, du gouvernement, de diverses instances de décision et de services, des médias et de la population. Nous avons entrepris l’organisation de congrès médicaux annuels. Après une première réaction de curiosité, nous avons à notre tour été confrontés à de la résistance et du scepticisme. Il est beaucoup plus rassurant et moins exigeant de rester dans le flou des théories et des hypothèses. Dire que les autistes ont une atteinte neurologique n’est pas très perspicace : c’est aussi évident que de dire que le nez se trouve dans la figure. Le défi est de chercher pourquoi et ce, dans une perspective de traitement et de guérison.

Les résultats obtenus par le DAN! sont très intéressants. Ils nous apprennent que l’autisme est une maladie auto-immune attribuable à l’intoxication aux métaux lourds, que les personnes autistes n’arrivent pas à expulser de leur corps. Chaque enfant est unique et le traitement dont il a besoin est unique aussi. Voici en résumé les résultats vulgarisés obtenus par ces chercheurs et médecins.

À propos de la génétique

Chaque bébé se développe et naît avec son propre bagage génétique transmis par ses parents. Il peut naître avec certaines prédispositions génétiques familiales. On remarque que les enfants autistes ont une histoire familiale de faiblesse du système immunitaire. On retrouve dans les familles : allergies, asthme, eczéma, maladie de Crohn, sclérose en plaque, lupus, etc. Cette faiblesse du système immunitaire peut avoir été transmise par les parents, développée avant ou après la naissance à cause de différents facteurs liés à des agressions environnementales ou, bien souvent, l’ensemble de ces trois possibilités.

Les facteurs environnementaux

La fin de la deuxième guerre mondiale marque un point tournant dans notre mode de vie. L’industrialisation connaît un essor phénoménal. On est en pleine évolution et les retombées économiques sont considérables. Les mécanismes de contrôle mis en place par les gouvernements pour réglementer toutes ces industries et pour protéger la population deviennent vite dépassés. Une grosse machine est en marche. Parallèlement, les compagnies pharmaceutiques développent de plus en plus de nouveaux médicaments qui sauvent des vies, mais qui influenceront les pratiques médicales : un symptôme -> un médicament.  À long terme, l’éloignement de la cause de ce symptôme devient un effet de ceci. On n’a qu’à regarder ce qui se passe au niveau du cancer. Tout l’accent est mis sur les traitements et les vies à sauver et on accorde très peu d’attention à l’origine de ce fléau, à l’indice épidémiologique et à la prévention et ce, parce que tout est orchestré par les compagnies pharmaceutiques qui ont naturellement plus d’intérêt à ce qu’on soit malade. De plus, les années 1940 voient l’implantation des campagnes de vaccination, qui ne cessent d’augmenter elles aussi.

La liste des facteurs environnementaux qui deviennent des facteurs agressants pour le corps serait très longue; je me contenterai d’en énumérer quelques-uns pour illustrer l’ampleur de la situation :

  • L’industrialisation concernant l’élevage des animaux qui ne mangent plus ce dont leur corps a besoin. Ils mangent de la moulée à laquelle on a rajouté des antibiotiques, des hormones, etc. Ces bêtes ne voient pas la lumière du jour et attendent l’abattoir entassées les unes sur les autres. C’est de la production en quantité et non en qualité. Cette viande est bourrée de toxines et d’antibiotiques, d’hormones, etc.
  • L’industrialisation de la production du lait. Le corps humain ne possède pas les enzymes pour digérer le lait de vache. Ce sont les veaux qui ont ces enzymes. La deuxième guerre mondiale a fait en sorte que les femmes, obligées de remplacer leur mari dans les usines parce qu’ils étaient au front, ont délaissé l’allaitement et ont utilisé le lait de vache en remplacement. Par après, l’habitude étant prise, on en a fait une industrie qui est devenue importante pour l’économie des pays. Plusieurs recherches ont prouvé les effets nocifs de la consommation du lait, mais qui veut mettre en péril l’économie du pays?
  • Les pesticides que l’on respire, que l’on mange.
  • Les agents de conservation rajoutés à tous les produits, les colorants alimentaires.
  • Les OGM (organismes génétiquement modifiés).
  • Les déversements de déchets dans les rivières.
  • Les amalgames dentaires au mercure.
  • L’introduction d’une longue liste de nouveaux produits chimiques créés par l’homme non testés avant d’être utilisés.
  • Etc.

Finalement ce sont les choses que l’on mange, que l’on boit et que l’on respire qui agressent le corps des êtres humains et ceux des animaux. Ces facteurs agressants perturbent la flore terrestre et déséquilibrent l’équilibre normal de la nature. Je fais partie de la première génération qui vit ces «agressions». Mes enfants sont la deuxième génération. Il y a un lien évident avec l’augmentation du nombre de cas d’autisme, mais aussi de toutes les maladies auto-immunes.

Les effets de ces agressions

Ce sont ces agressions qui provoquent des mutations génétiques. Le fonctionnement du corps humain est très complexe. Tout est interrelié. S’il y a un bris dans un système, il y a des conséquences sur le fonctionnement de plusieurs autres systèmes.

La chercheure Jill Jammes (Nebraska) a découvert que, chez les autistes, il y a un bris dans l’organisation biochimique du corps. Ce bris se trouve dans la chaîne de désintoxication. Par exemple, si on regardait le corps comme une carte géographique dans toute son organisation biochimique, on pourrait y voir des boulevards, rues, ruelles, etc. Chez nos enfants, une rue est manquante, : celle de la désintoxication.

Les métaux lourds

D’où viennent-ils? De partout.

  • Peinture, sol, produits de nettoyage, savons, crèmes, pilules (aluminium), amalgames dentaires, vaccins (thimérosal), eau (chlore et produits antibactériens)

Quand on est incapable d’expulser ces métaux hors de notre corps, ils s’y installent. Ils aiment les tissus mous, notamment le cerveau et les intestins.

Le mercure attaque les intestins provoquant des réactions inflammatoires et désorganisant la flore intestinale, d’où l’apparition des problèmes gastro-intestinaux : acidité, constipation, diarrhée, ballonnement, crampes. La digestion s’en trouve très perturbée. Les enfants peuvent développer des allergies ou intolérances alimentaires. Les aliments  que l’on ne peut tolérer deviennent aussi des facteurs agressants pour le système immunitaire.  Ces intolérances sont difficiles à détecter parce qu’il n’y a pas de réactions physiques comme pour les allergies. C’est plus sournois.

Chez les autistes, les intolérances les plus connues concernent les produits laitiers et le gluten (blé). Quand ceux-ci se décomposent pendant la digestion, il y a un bris dans la «chaîne» et ce bris provoque des interactions avec les endorphines (opium naturel du corps). Les effets de ces interactions «endorphines-lait-gluten» sont importants.  Ils produisent les mêmes résultats que la consommation de drogues et sont la cause des comportements d’agitation, de retrait ou d’insensibilité (Dr Reichelt).

De plus, la présence d’inflammation intestinale et de métaux lourds provoque un déséquilibre de la flore normale. Donc, il y a prolifération de Candida albicans (forme de champignon) et de parasites. Ces micro-organismes s’installent dans les intestins et vivent aux dépens de nos enfants. Ils deviennent d’autres agresseurs et forment une couche qui se colle sur la paroi intestinale et qui nuit à l’absorption normale des vitamines et autres éléments essentiels pour le fonctionnement des autres organes du corps. On ne peut les voir, mais ils font beaucoup de dégâts.

 Vous aurez compris que ceci est un résumé très vulgarisé pour que vous compreniez les bases et l’ampleur de la situation. Pour ceux ou celles qui seraient intéressés aux résultats des recherches cliniques et scientifiques du DAN!, vous pouvez consulter le site du DAN! (www.defeatautismnow.com) ou de l’Autism Research Institute (www.autism.com) ou encore venir à ATEDM où nous avons plusieurs documents disponibles.

À suivre dans l’Image de l’automne 2008

Carmen Lahaie

Nos commanditaires