La sécheuse

Que voyez vous ? Pendant des années, je voyais des lignes, des angles droits et des courbes (c’est déjà pas mal!). Je me suis cassé la tête sur ce dessin pendant des années avant de trouver la signification. Je savais pourtant que le bouton se trouvant à coté servait à démarrer la sécheuse. Durant toutes ces années (de huit ans à environ seize ans), j’aidais ma grand-mère à faire le lavage et le séchage des vêtements. Vers l’âge de seize ans, alors que je le regardais en tentant de comprendre, la «réponse» m’a soudainement : «agressé» : c’est une main stylisée qui va appuyer sur un bouton. C’est toujours violent d’apprendre de nouvelles choses. Je prends la peine de spécifier que je parle moins ici de connaissances à la pièce que de systèmes complexes.

Quand tu saisis d’un coup tout un système, c’est comme si «la connaissance» s’ouvrait un chemin elle-même dans ton cerveau avec une barre à clous. Puis, elle établit des ponts avec les autres départements; c’est une réaction en chaîne. Je peux donner un exemple plutôt simple : on peut se balader dans la rue et recueillir des informations cartographiques (informations à la pièce). Puis, quelques instants plus tard des informations sur un autre quartier viennent se fusionner et la carte se dessine (compréhension de systèmes). Bon, c’est un exemple fort simple et il est bien sûr possible d’appliquer ceci aux sujets plus ardus. En général, il y a les départements qui reçoivent les données immédiatement après l’assimilation de l’information et d’autres qui doivent travailler d’avantage et qui donnent leurs résultats un peu après. L’ouverture par «les ponts», c’est tellement intense que ça peut provoquer un «buzz». Durant cette phase, on a l’impression que le cerveau a le don d’ubiquité et qu’on pourrait comprendre le monde entier d’un seul coup. Une fois retombé sur terre, on est conscient que c’est seulement une petite partie de la connaissance du monde qui s’est ouverte à nous. La connaissance du monde qui nous entoure est vitale et j’en profite pour trouver scandaleux le peu d’intérêt démontré par le gouvernement pour le domaine scientifique. Les conservateurs sont autant à blâmer que les libéraux : ce sont ces derniers qui ont retiré le Canada de la recherche sur la fusion nucléaire, mais quelle erreur absurde ! Pour en revenir au dessin de la sécheuse, je considère aujourd’hui que ce ne serait plus un problème de comprendre des choses similaires. Depuis cette époque, beaucoup d’électricité a coulé dans les dendrites de mes neurones.

Jérôme Mignault-Proulx

Nos commanditaires