L’intégration scolaire d’un autiste

L’intégration scolaire d’un autiste

Mon fils Michaël, un autiste non verbal, avait toujours fréquenté des centres spécialisés jusqu’à ce que ma commission scolaire me propose de l’intégrer à temps plein. De septembre 1995 à juin 1998, grâce à la patience d’une technicienne en éducation spécialisé, de son enseignante et surtout de ses compagnons de classe, Michaël a fréquenté l’école de quartier où il a fait des progrès remarquables.

Lors de la première année d’intégration, j’ai demandé aux enfants de partager leur expérience. L’âge des enfants varient entre 11 et 13 ans. Vous pourrez lire également le bilan des trois années d’intégration de mon fils.

Ginette Boulanger


 



Laval, 7 novembre 1995

Bonjour.

Nous sommes de la classe de Michaël et nous voudrions vous faire part de nos commentaires.

Au tout début, Michaël nous semblait indifférent. Mais ça faisait tout de même bizarre. Quand il se met à sautiller on trouve ça drôle mais il ne faut pas rire car ça l’encourage. Nous aimons beaucoup l’aider dans ses travaux car il apprend vite. Aux récréations nous aimons ça jouer avec lui, il est tellement drôle!

Nous trouvons que c’est important de l’intégrer avec nous dans la classe. Quand il est avec nous il travaille mieux, car il suit notre exemple. Il apprend à exprimer ses sentiments et à ne pas toujours être avec son accompagnatrice. Il progresse beaucoup!

En fin de compte il nous aide lui aussi à apprendre. Merci et au revoir.

Line et Marie-Eve



Quand le prof a annoncé qu’un enfant autiste allait s’intégrer dans notre groupe ça ne me dérangeait pas. Ça ferait nouveau. Ça nous apprendrait à respecter un handicapé et ça l’aide beaucoup à apprendre et à communiquer avec les autres. Ça ne me dérange pas qu’un enfant autiste soit dans ma classe.

Julien



Quand le professeur nous a appris qu’un enfant autiste venait dans la classe ça m’a fait peur parce que je ne savais pas à quoi m’attendre. Je pensais que ça allait déranger la classe. Maintenant que je sais c’est quoi je trouve que ça ne dérange pas la classe.

Mathieu



7 novembre 1995

Bonjour, nous sommes deux enfants de la classe à Michaël. Quand nous avons appris la nouvelle, ça nous a surpris. Quand nous avons vu Michaël pour la première fois, nous étions heureux de l’accueillir mais nous étions un peu inquiet. Aujourd’hui l’inquiétude n’est plus la même que le jour de son arrivée. Quand il saute partout et rit, il nous dérange un peu c’est sûr mais il faut savoir l’accepter.

Au revoir et à bientôt!

Jean-Manuel et Guillaume



Quand j’ai appris qu’un enfant autiste allait venir dans notre classe, moi je trouvais que ça allait faire drôle et je ne savais même pas c’était quoi un enfant autiste.

Maintenant, il est dans notre classe. Je l’aime bien cet enfant autiste. Il s’appelle Michaël et il est gentil. Il est dans notre école parce que à son ancienne école, il y avait juste des handicapés et il les imitait, alors qu’à notre école il travaille comme nous.

Didier


Auto-portrait de Michaël

Nos commanditaires