Votre enfant n’aura jamais d’amis

Votre enfant n’aura jamais d’amis

C’est sans sourciller que je reçois le diagnostique de mon fils aîné. Du moins, je crois bien dissimuler la grosse boule qui se trouve dans ma gorge. Le neurologue me confirme ce que l’on soupçonnait déjà depuis quelques années. Il m’a regardé dans les yeux et m’a dit : « Vous savez, il y a des parents à qui je dois annoncer que leur enfant n’écrira pas ou ne marchera jamais! À vous, si je vous disais que votre enfant n’aura jamais d’amis! ».

Mon fils est atteint du syndrome d’Asperger.

Olivier paraît, aux premiers abords, un jeune homme sérieux et intellectuel.

Le problème, se situe au niveau de son comportement social. Il est incapable de déchiffrer les émotions chez les autres personnes (imaginez ne pas pouvoir déceler les humeurs des gens qui vous côtoient), il lui arrivent de dire exactement ce qu’il pense au moment le plus inopportun et il a une passion pour les chiffres et les lettres (il connaît par cœur, le plan détaillé du métro de Montréal).

Avant d’avoir 1 an, mon fils s’amusait tranquillement avec des blocs des heures durant. Ce qui fait qu’à 3 ans, il pouvait écrire plusieurs mots. Cela épatait forcément la parenté et les amis qui nous visitaient. À cette époque je retrouve fréquemment Olivier assis, à feuilleter l’annuaire téléphonique, la bible ou l’atlas. L’annuaire? C’est trop! C’est plus fort que moi, je lui enlève et marmonne… »Rain Man ».

À 3 ans, il débute 2 matinées enfantines par semaine. Je désire le préparer doucement à la vie de groupe avec des camarades de son âge.

L’éducatrice me mentionne qu’Olivier ne la regarde jamais dans les yeux. Il parle peu et ne participe pas à la session de jeux mais observe ses copains. Il agira pareil en pré-maternelle. Son professeur me signalera les mêmes points et ajoutera qu’il ne RIT JAMAIS en classe. Je suis sidérée car, à la maison, Olivier est à l’aise et parle beaucoup tout en étant un enfant tranquille qui écoute les consignes de ses parents.

Et puis, avant ses 4 ans, il peut se rappeler d’une date complète. Par exemple : « Nous avons visité tante Diane vendredi le 10 novembre 1997 » et ce, 8 mois plus tard. Des chiffres, des lettres…

Olivier a une autre grande passion, sa console de jeux Nintendo. Evidemment, beaucoup de jeunes de nos jours se passionnent pour les jeux vidéo. Mais dans son cas, cela relève d’une obsession. Par contre le côté positif de cette passion est qu’il a un point commun avec plusieurs jeunes. Ce qu’il l’amène à partager sa passion avec des « amis ».

J’ai commencé d’interminables démarches lorsque mon fils est entré en maternelle. Son professeur me mentionne toujours les mêmes remarques à son sujet. Olivier parle peu et très bas. Il ne la regarde jamais dans les yeux. Elle me dit le plus délicatement possible et je la sentais mal à l’aise « peut-être qu’Olivier pourrait consulter un psychologue pour l’aider à se comporter avec ses compagnons de classe. Apprendre des trucs pour savoir dialoguer. Il n’y a pas de graves problèmes, c’est juste un petit quelque chose. Des trucs pour mieux communiquer! »

À partir de ce moment là, j’ai vite réalisé la méconnaissance de cet « handicap » autour de moi et le peu de documentation disponible.

Quelles sont les causes qui déclenchent l’autisme ou le syndrome d’Asperger chez un individu?

Cela n’est pas tout à fait déterminé mais on soupçonne les raisons suivantes :

La génétique, car le syndrome affecte généralement plus de garçons que de filles. Il est fréquent chez les gens apparentés et les symptômes s’accentuent de générations en générations.

On pointe d’un doigt accusateur les antibiotiques et les vaccins. Plusieurs scientifiques tentent de clarifier cette situation.

Un autre facteur non négligeable; la pollution.

Le 3ème congrès médical international sur l’autisme, qui a eu lieu en mai 2002 à Montréal, aborda la question de la toxicité du mercure et des métaux lourds. Il est étrange que le rythme où croissent les cas d’autisme coïncide précisément avec notre ère de surconsommation. En effet dans la dernière décennie, l’autisme incluant le syndrome d’Asperger, a dramatiquement augmenté de 263% en Californie (Departement of Developmental Services).

Bref, tout reste à confirmer.

Et sur notre route, la lueur d’un phare brille dans l’obscurité de l’inconnu puisqu’un organisme : ATEDM (Autisme et troubles envahissants du développement Montréal) nous soutient. Les intervenants gèrent un centre de documentation et offrent des cours, des activités et des rencontres.

J’ai de la chance que mon fils ai eu un diagnostique assez tôt. Parfois, des années peuvent s’écouler avant qu’un individu découvre qu’il souffre du syndrome d’Asperger. Des années d’incompréhensions, de frustrations et même de dépression.

Pour conclure, je ne prétends pas occuper la place d’une professionnelle de la santé. Seulement, je suis une mère qui a pu observer de près toute la vie d’un Asperger.

Claire Saint-Cyr
Parent.

Nos commanditaires